Menu

Thomas Zeroual

Portait de Thomas Zeroual
Statut(s) Professeur associé (associate professor)
École ESCE International Business School
Date de recrutement 01.09.2010
Axe de recherche Inseec U Smart interactions
Axe de recherche ESCE International Business School Chaine de valeur mondiale et distribution
Portait de Thomas Zeroual

Publications

    • Thomas Zeroual
    • Article classé
    • Smart interactions
    • Forthcoming

    La rentabilité des entreprises de course urbaine uberisée

    Abstract

    L’augmentation du nombre de colis livrés attire de nouveaux acteurs dans le transport de marchandises en ville, notamment dans la livraison des derniers kilomètres. Le modèle économique de ces nouveaux acteurs se fonde sur l’uberisation. Il s’agira dans cet article d’évaluer la rentabilité de ce modèle économique, au regard de coûts et de revenus disponibles ou estimés. Le résultat principal montre une rentabilité variable, dépendante du nombre de courses, du mode de transport et de la distance.

    • Co-auteur(s) BLANQUART C., COSPEREC A., VANSON-MAGALHAES DA SILVA E.
    • Revue(s) ERSEM (European Revue of Service Economics and Management)
    • Classement(s) CNRS 4
    • Thomas Zeroual
    • Article classé
    • Smart interactions
    • 2019

    Les entrepôts du e-commerce : quelles spécialités ? Une illustration au travers de l’exemple d’Amazon

    La littérature en géographie logistique a mis en évidence une croissance de la taille des entrepôts, accompagnée d’une localisation concentrée au sein des métropoles et un étalement en périphérie des métropoles. Cette recherche s’intéresse à la localisation des entrepôts logistiques spécifiquement dans le e-commerce, sujet peu abordé dans la 10 littérature. La nouveauté du sujet nous amène à étudier le cas d’Amazon, leader mondial du e-commerce. Trois principaux résultats émergent. La croissance de la taille des entrepôts est bien confirmée, mais elle doit être relativisée, tout comme la concentration et l’étalement des entrepôts.

    • Co-auteur(s) Blanquart C., Liu Z., Maudhuit N., Zeroual T.
    • Revue(s) Logistique et Management, Vol. 29, N° 1, pp. 44-54
    • Classement(s) FNEGE 4
    • Thomas Zeroual
    • Article classé
    • Smart interactions
    • 2017

    Analysis of logistics practices: The contribution of the service economics

    Abstract

    The objective of this study is a statistical analysis of company logistics practices and how they relate to each other. We first present our theoretical angle in part 1 and then our methodology in part 2. Finally we show the results of our empirical analysis using the ECHO survey, which traces the movement of almost 17,000 goods from 3,000 French companies.

    • Co-auteur(s) BLANQUART C.
    • Revue(s) ERSEM (European Revue of Service Economics and Management), 2, n°4, pp49-78
    • Classement(s) CNRS 4
    • Thomas Zeroual
    • Article classé
    • Smart interactions
    • 2016

    Analyser les impacts des circuits courts alimentaires : une étude en Nord-Pas-de-Calais

    Abstract

    Les circuits courts alimentaires apparaissent comme une alternative vertueuse aux circuits classiques de distribution, notamment pour assurer un approvisionnement alimentaire durable des villes. Cette bonne réputation peut néanmoins être interrogée, de nombreux travaux ayant montré des effets économiques, environnementaux et sociaux variables en fonction des circuits. Il est cependant difficile d’avoir une vision claire de ces effets et donc du rôle potentiel de ces circuits dans une transformation de l’agriculture vers plus de durabilité, car les périmètres et modalités d’évaluation diffèrent selon les travaux mais aussi et surtout parce que les objets évalués varient en raison d’une pluralité de définitions possibles de ces circuits. Nous proposons dans cet article de redéfinir les circuits courts selon la grille conventionnaliste des mondes de production, puis de comparer grâce à celle-ci les impacts de différents types de circuits. Pour ce faire, nous nous focalisons sur un type d’impacts : ceux liés à l’organisation de la logistique. Nous nous appuyons pour cela sur l’étude de circuits avec un intermédiaire de la région Nord-Pas-de-Calais. Ce travail montre en quoi les impératifs intrinsèques à certains mondes de production et les circuits courts qui leur correspondent – disponibilité permanente des produits, forte compétition en termes de prix – contribuent à expliquer une logistique de ces circuits peu durable, et de quelle manière un relâchement de ces impératifs agit positivement sur la durabilité des circuits.

    • Co-auteur(s) GONCALVES A.
    • Revue(s) Revue de la régulation, vol. 20
    • Classement(s) CNRS 4, HCERES C
    • Thomas Zeroual
    • Article classé
    • Smart interactions
    • 2016

    Une typologie spatiale des commerces intra urbains fondée sur l’analyse de leurs relations d’approvisionnement

    Abstract

    Nous proposons une typologie des approvisionnements logistiques des distributeurs en France, réalisée à partir d’une analyse des relations entre leurs magasins et leurs entrepôts. Nous exploitons pour cela les données NielsenÓ, organisées en un réseau spatialisé de magasins et d’entrepôts. L’originalité de l’approche réside dans l’éclairage nouveau porté sur les interactions distribution- logistique-transport et localisation des commerces et non seulement sur le triptyque localisé production- logistique-transport. Elle permet de valider l’hypothèse d’une double influence du type de magasin et de la spécialisation de l’entrepôt en catégorie d’assortiments, sur la distance d’approvisionnement.

    • Co-auteur(s) BAHOKEN F., BLANQUART C., GAUBERT E.
    • Revue(s) RERU (Revue d’Economie Régionale et Urbaine), n°3, pp.619-646
    • Classement(s) CNRS 3
    • Thomas Zeroual
    • Article classé
    • Smart interactions
    • 2013

    Les conditions de production d’un transport durable : nouvelles interventions publiques, nouveaux référentiels ?

    Abstract

    Confrontées à la montée des préoccupations environnementales et sociales, les politiques de transport se sont progressivement orientées vers une nouvelle référence : le transport durable. Les politiques de transport doivent alors encourager une mobilité favorisant des objectifs très divers, voire paradoxaux : s’il faut toujours soutenir la croissance économique à travers la mobilité des personnes et des biens, il s’agit également de ne pas détériorer les sphères environnementales et sociales. Cependant, l’évaluation en 2006 du livre blanc des transports et plus globalement les évolutions des impacts des transports pendant ces 15 dernières années semblent réfuter les efforts des politiques de transport durable. La consommation d’énergie est particulièrement mise en cause : « l’efficacité énergétique des transports s’améliore, mais les gains d’efficacité n’ont pas été entièrement consacrés à la réduction de la consommation totale de carburant et n’ont pas suffi pour compenser l’accroissement du volume de l’activité de transport » (CCE, 2009). Le transport n’a pas réduit notablement sa production de GES en faisant appel à des sources d’énergie plus propres et dépend toujours à 97 % des combustibles fossiles.

    Face à ces constats, les politiques de transport tentent de faire évoluer leurs actions. La nécessité de modifier ou de compléter l’action publique en matière de transport apparaît dans les discours à différentes échelles, notamment au regard des problèmes environnementaux. La Commission Européenne veut notamment multiplier les instruments d’action. Toutefois, cette diversification souhaitée est peu effective, et les changements dans les interventions publiques demeurent limités. Plus que les résultats limités des politiques publiques, c’est leur caractère récurrent qui pose question. Si des signaux d’évolution sont donnés (Grenelle de l’environnement, taxe carbone...), les changements, tant dans les objectifs, que dans les instruments ou les méthodes, ne sont opérés qu’à la marge. Les évolutions sont contraintes par la permanence des paradigmes, des systèmes de sens qui structurent toute politique publique. Les ajustements interviennent par conséquent au sein des référentiels qui prévalaient jusqu’alors, même si le développement durable et les problèmes non-résolus des nuisances environnementales appellent des changements plus radicaux.

    Dans ce contexte de complexité croissante où les acteurs et leurs interactions sont plus nombreux, où les politiques évoluent à la marge, appeler à des changements plus radicaux nécessite en amont des ré-interrogations. Promouvoir le transport durable implique notamment d’adapter l’action publique aux différents contextes. La question des déterminants des choix de transport, se situant au-delà de la sphère du transport stricto sensu, est donc essentielle pour envisager d’autres solutions politiques, et notamment des interventions plus en amont.

    • Co-auteur(s) BLANQUART C., HERAN F.
    • Revue(s) Développement durable et territoires, volume 4, n°3
    • Classement(s) CNRS 4
    • Thomas Zeroual
    • Article classé
    • Smart interactions
    • 2013

    Green lean ou green agile? Les déterminants des pratiques logistique vertes

    Abstract

    Cet article se donne deux objectifs : d’une part, il s’agira d’illustrer les différentes formes que peut prendre la logistique verte dans un contexte spécifique (la filière textile et habillement), en opposition à la représentation homogène de bonnes pratiques génériques. D’autre part, il s’agira de comprendre les déterminants de cette diversité, qui relèvent à la fois d’une diversité de représentations du développement durable au niveau de la stratégie globale de l’entreprise, et des contraintes propres à la fonction logistique. Nos analyses mettent en évidence deux orientations alternatives dans la mise en œuvre des pratiques logistiques vertes. En cas d’orientation lean, les pratiques sont axées sur la réduction des coûts (optimisation des déplacements, réduction de la consommation d’énergie, amélioration de la gestion des déchets). En cas d’orientation agile, les actions veillent dans ce cas à la mise en place de nouvelles pratiques (attention portée à l’éco-conception, au choix des sources d’approvisionnement et à l’amélioration du processus de production vers des technologies plus propres).

    • Co-auteur(s) BLANQUART C. , CARBONE V.
    • Revue(s) RFGI (Revue Française de Gestion Industrielle), volume 32 (1), pp 71- 92
    • Classement(s) CNRS 4
    • Thomas Zeroual
    • Article classé
    • Smart interactions
    • 2006

    L’impact de la durabilité sur la relation de services et sa performance : le cas du transport de marchandises

    Abstract

    La montée des préoccupations environnementales et sociales fait émerger dans le transport de marchandises (désormais TM) une nouvelle référence - le transport durable - et avec elle un besoin d’évaluation. L’évaluation de la durabilité dans le TM est pourtant problématique à deux niveaux : celui des représentations utilisées pour le définir et celui de la mesure pour évaluer ses effets. La thèse défendue dans cet article est que ces deux niveaux de problèmes concernant le transport durable proviennent d’un problème plus ancien de définition et de mesure du transport lui-même.
    Ce travail mettra en lumière dans une première partie les difficultés de l’évaluation traditionnelle du transport durable. Deux couples sont à défaire pour mieux évaluer le transport durable. Le premier couple se caractérise par les liens existants entre problème de mesure et problème de définition. Ces deux niveaux sont en effet liés : les définitions du transport durable en termes de flux aboutissent à une évaluation réductrice de ces effets. Le second couple se caractérise par les liens existants entre transport et transport durable. La définition et la mesure du transport durable découlent de celles du transport lui-même.
    Ce travail proposera dans un second temps une évaluation alternative du transport durable. Il faut d’abord redéfinir et réévaluer le transport, avant de pouvoir redéfinir et réévaluer le transport durable. La décomposition fonctionnelle de J.Gadrey améliorée par F.Gallouj permettra de mieux définir le transport. Une enquête réalisée par l’INRETS auprès de 3000 chargeurs sera notamment mobilisée pour illustrer notre propos. Des pistes de réflexions seront alors proposées pour redéfinir et réévaluer le transport durable en fin d’article.

    • Co-auteur(s) BLANQUART C., CARBONE V.
    • Revue(s) Economie et sociétés, n°11, février.
    • Classement(s) CNRS 4

Autres publications

    • Bernd Philipp
    • Chapitre d'ouvrage
    • Smart interactions
    • 2019

    Packaging trends in international transportation and logistics

    Traditionally, the importance of packaging for international supply chains is most often underestimated. This is surprising for such a complex phenomenon, situated at the interface of different functions (logistics, marketing...), different decision levels (operational, tactical, strategic), and different logistics flows (physical and informational). This chapter questions the traditional design and typology of packaging used within international supply chains, and developed via two main drivers: (1) its circular/closed-loop requirements and related performance notion and (2) omnichannel trends, including e-commerce, and new customer delivery services. Mobilizing the spanning concept of “logistics functions of packaging” (LFP), this chapter proposes a conceptual framework enabling to trigger adequate novel packaging solutions matching these new expectations. Recent business cases occurring within international supply chains illustrate and deepen our reflection.

    • Titre de l'ouvrage Handbook of Research on the Applications of International Transportation and Logistics for World Trade (560 pages)
    • Editeur(s) IGI Global
    • Co-auteur(s) Philipp B., Fulconis F., Zeroual T.
    • Année de parution 2019
    • Page(s) Chapter 4
    • Coordination du chapitre d'ouvrage Ceyhun G.