Menu

Eric Le Fur, enseignant-chercheur de l’INSEEC SBE, récompensé pour son article sur la demande chinoise des vins fins !

recompense
economie
vitivinicole
02 Juin 2019
02 Juin 2019

Du 2 au 5 juin 2019 se tenait la première conférence internationale sur le marché du vin et des cultures de consommation (International Conference on Wine Market and Cultures of Consumption), organisée par la School of Hotel and Tourism Management (SHTM) de l’Université Polytechnique de Hong Kong (PolyU) et la Chaire UNESCO « Culture et traditions du Vin » de l’Université de Bourgogne.

À cette occasion, Eric Le Fur, enseignant-chercheur à l’INSEEC School of Business & Economics dans le domaine de l’Économie, notamment du vin, s’est vu remettre la récompense du meilleur article de la conférence.

Cette conférence internationale a pour but de fournir une plate-forme aux professionnels, critiques et journalistes, décideurs, universitaires et étudiants, leur permettant d’échanger leurs points de vue et d’examiner les problèmes actuels du commerce du vin, en mettant l’accent sur les ventes, le marketing du vin et les cultures viticoles, notamment en Asie, où résident les plus grands importateurs de vin.

 

Eric Le Fur s’est prêté au jeu de l’interview en répondant à nos questions.

Quel est le thème de votre article récompensé ?

Le titre de l’article est “The Chinese demand of fine wines”.

Pourquoi avoir choisi ce thème ?

C’est un papier qui correspond à mon axe principal de recherche : la dynamique des prix des actifs alternatifs. Par actifs alternatifs, j’entends tous les actifs qui ne sont pas des actions et des obligations et traitent donc essentiellement de l’immobilier et des objets de collections (art, monnaies, timbres, vin, voitures de collection, whisky rares).

J’étudie pour chacun de ces actifs, les déterminants des prix, les cointégrations des actifs entre eux et avec les marchés financiers, la transmission de la volatilité et les effets de contagion des marchés financiers vers ces actifs alternatifs.

Dans cet article, je présente la définition d’un vin fin proposée par les chercheurs et les professionnels, indique que les ménages fortunés chinois sont de plus en plus nombreux et qu’ils ont besoin de diversifier leur portefeuille d’actifs. Ils se tournent donc en autre vers les objets de collection et notamment les vins fins qui sont censés présenter des rentabilités importantes. J’effectue une analyse d’une base de données des bouteilles des 5 premiers grands crus bordelais (Lafite Rothschild, Mouton Rothschild, Margaux, Latour, Haut Brion) vendues aux enchères (Chritie’s, Sotheby’s, Bonhams, Zachy’s, Acker Merall) à Hong Kong entre 2008 et 2017. Je démontre que les vins fins vendus à Hong Kong présentent des rentabilités stables dans le temps, notamment ceux présentant une note Parker maximale de 100.

Pouvez-vous en dire plus sur la conférence ?

La conférence est co-organisée par The Hong Kong Polytechnic University et la Chaire UNESCO “Culture et traditions du Vin” de l’Université de Bourgogne. Elle propose d’interroger l’histoire, la réalité et l’importance du commerce des vins, de ses évolutions, de ses mutations et de ses enjeux actuels, tant sur une échelle globale que locale.

Il s’agit de revenir sur les différents moments, lieux, acteurs (consommateurs, producteurs, pouvoirs publics, prescripteurs) et produits qui fondent et développent ces courants commerciaux et ces pratiques de consommation.

Autour des thématiques des marchés du vin et des cultures de consommation dans le monde et, en particulier, en Asie, ce colloque souhaite rassembler tous les acteurs de la vinisphère au sens large du terme : chercheurs, enseignants-chercheurs, étudiants, producteurs, importateurs, ou encore critiques et journalistes.

Qu’est-ce que cette récompense signifie pour vous ?

Cette récompense indique une reconnaissance du travail accompli en amont, la reconnaissance de ses pairs et également celle des autres acteurs du marché du vin (professionnels, journalistes, critiques, etc.).

Dernières actualités

En voir plus